L’impact de la menace terroriste sur les élections américaines

La menace terroriste, les actes de ces derniers jours tant en France qu’aux États-Unis sont une donnée qui impacte considérablement le climat politique. La tuerie d’Orlando, qui a fait 49 victimes et plus de 50 blessés dans la communauté homosexuelle, a des répercutions importantes sur la campagne électorale et sur le duel qui se profile entre Hillary Clinton et Donald Trump.

De nouveaux thèmes de campagnes au cœur des débats

À l’annonce de l’attaque, Donald Trump a décidé de modifier son discours donné dans le New Hampshire avec comme thème central la défense et la sécurité intérieure. Hillary Clinton a reporté un meeting d’importance qu’elle devait donner dans la semaine en compagnie de Barack Obama.

Contrôle des armes à feu, sécurité intérieure, lutte contre le terrorisme, immigration, religion autant de sujets que vont devoir traiter les deux principaux candidats Républicains et Démocrates. Et ces thèmes pourraient bien changer la donne, chacun des candidats ayant des positions qu’ils vont devoir soit clarifier, sans renforcer pour garder ou reprendre l’avantage auprès des électeurs.

Hillary Clinton en force sur le débat concernant le contrôle des armes à feu

Dans la lignée de l’administration Obama, qui a voulu réglementer les conditions d’achat des armes à feu – sans succès – la position de Hillary Clinton sur les armes à feu est claire et c’est d’ailleurs un thème central de sa campagne depuis son lancement. En effet, pour les Démocrates, il faut instaurer un durcissement des conditions d’accès aux armes en instaurant des limitations pour les personnes ayant un casier judiciaire ou présentant des troubles psychologiques. Pour Hillary Clinton il faut « écarter les armes comme celles utilisées (…) des mains de terroristes ou d’autres criminels violents ».

À l’inverse, Donald Trump est foncièrement opposé à toute limitation du port d’arme, précisant même que la tuerie d’Orlando n’aurait probablement pas eu lieu si les victimes avaient été armées. Une position clairement démagogique, mais des paroles qui peuvent probablement convaincre une partie des électeurs hésitants dans un climat de menace terroriste importante.

Trump prend l’avantage sur la sécurité intérieure

Depuis le début de sa campagne, Trump n’a cessé de faire des déclarations – parfois tonitruantes et ouvertement xénophobes sur les communautés musulmanes et étrangères. On se rappelle de sa volonté d’expulser les étrangers et de leur refuser l’accès au territoire américain. Sa position est claire sur la lutte contre le terrorisme et la tuerie d’Orlando, dont l’origine est attribuée à un islamiste radicalisé se revendiquant de l’organisation État Islamique, vient renforcer son discours.

Il ne s’est d’ailleurs pas privé de le rappeler en déclarant sur twitter « Merci de me féliciter d’avoir eu raison sur le terrorisme islamiste. Je ne veux pas de félicitations, je veux de la fermeté et de la vigilance. Nous devons être intelligents ». En passant, ils sont peu d’observateurs à avoir rebondis sur sa position concernant la communauté homosexuelle, lobby qui ne figure pas parmi ses principaux soutiens.

Le thème du terrorisme donne un avantage certain au milliardaire dans les sondages car c’est un sujet qui inquiète les populations, à juste titre. Car bien qu’éloignés, les citoyens américains ont été fortement touchés par la série d’attentats qui a touché la France et la Belgique. Au contraire, pour la candidate démocrate, c’est un thème qui a son importance, mais qui n’est pas central. Il lui faudra donc ajuster son discours et affirmer ses positions plus clairement pour ne pas perdre une partie de son électorat au profit de son adversaire.

Un duel qui s’annonce de plus en plus serré

D’un côté, Hillary Clinton bénéficie d’une expérience certaine pour gérer le pays, son parcours politique et ses mandats lui donnent du crédit dans la gestion de crise, et dans la capacité d’analyse des problèmes et conflits internationaux. C’est un argument de taille face à Donald Trump qu’elle n’a pas hésité à ridiculiser en estimant qu’il était bien trop dangereux et instable pour être en possession des codes nucléaires (ce à quoi il avait rétorqué qu’il fallait mettre la candidate en prison… )

D’un autre côté, l’administration Obama est fortement contestée par l’opinion américaine, dont une partie reproche un certain attentisme et une mauvaise gestion. Pour Trump, il est inadmissible que la question de la menace islamiste n’ait pas été mieux traitée et prise au sérieux, évoquant le laxisme du président, et lui reprochant de ne pas vouloir stigmatiser la communauté musulmane. C’est ainsi qu’il a déclaré : « Le président Obama va-t-il enfin mentionner les mots ‘terrorisme’ et ‘islamiste radical’ ? S’il ne le fait pas, il devrait démissionner immédiatement par honte ». Hillary Clinton est d’ailleurs invité à se retirer de la course à la présidence pour les mêmes raisons.

Pour conclure, cette triste et dramatique attaque d’Orlando va incontestablement marquer un tournant dans la campagne présidentielle américaine. Les citoyens réagissent naturellement par la peur et le repli face aux menaces extérieures et le climat est plus propice au développement de thèses parfois extrémistes. Les discours démagogues sont aussi particulièrement efficaces, ce qui donne à Trump un tremplin certain et un avantage que Clinton devra gérer finement.

Photo : 20minutes.fr

  • Ajouter votre commentaire